Peut-on compenser la destruction de la biodiversité ?

Petit guide à l’usage des défenseurs du vivant.

Un nouveau projet de développement arrive, il va détruire des sols et des écosystèmes. Pour rassurer les citoyens face à la perte de biodiversité, ces impacts vont être « compensés » en réponse aux engagements internationaux et nationaux qui visent une « absence de perte nette de biodiversité ».

Mais la compensation de la destruction de biodiversité est-elle possible ? Qu’est-ce qu’implique une « vraie » compensation ? Comment démontrer une réelle absence de perte nette de biodiversité ? Voici quelques questions auxquelles ce petit guide, principalement basé sur une revue des articles scientifiques consacrés au sujet, tente d’apporter des réponses pour appuyer les associations, les militants et toutes celles et ceux qui luttent pour préserver le vivant.

Cellule de veille scientifique en soutien aux collectifs en lutte contre la destruction du vivant

L’Atelier d’Écologie Politique de Montpellier (Atecopol Montpellier), collectif local de scientifiques, propose une cellule de veille scientifique en soutien aux collectifs en lutte contre la destruction du vivant.

Nous espérons ainsi faciliter la mobilisation d’arguments scientifiques dans le cadre des luttes.

L’Atecopol Montpellier étant composé de scientifiques de diverses disciplines, nous pouvons apporter une aide via :       

1)  la réalisation d’inventaires naturalistes, d’analyses cartographiques ou statistiques,     

2) des recherches bibliographiques, relecture ou rédaction des communiqués, construction d’un argumentaire fondé sur des résultats scientifiques.     

3) des présentations scientifiques vers les collectifs en lutte et leurs publics.  

Ces points ne sont pas exhaustifs et nous souhaitons répondre aux sollicitations les plus diverses pour lesquelles une aide scientifique serait bienvenue. N’hésitez pas à nous contacter par mail (atecopol.montpellier@gmail.com) pour en discuter.  

La cellule de veille scientifique de l’Atecopol Montpellier.

Compte-rendu de l’atelier participatif “Climat, nature & société: la recherche montpelliéraine en action face à l’urgence” du 17 février 2022

L’objectif de l’atelier était de définir des actions prioritaires et réalisables en lien avec le thème : « Climat, nature & société : la recherche montpelliéraine en action face à l’urgence ».


28 participants ont travaillé avec enthousiasme. 5 groupes de réflexion ont chacun formulé des propositions d’action sur les problématiques suivantes :

Comment créer un rapport de force avec les politiques ?

Comment influencer les politiques ?

Comment recréer le lien entre recherche et société ?

Biodiversité locale. Comment sensibiliser et agir ?

Comment intervenir auprès des enfants ?

 

=> Lien vers le CR détaillé : CR_Atecopol_17.02

Photos de l’atelier : https://drive.google.com/drive/folders/1QgmwnFhU4ZQktOF_AeF2maPhtVdGCVx4

 

 

« Climat, nature & société : la recherche montpelliéraine en action face à l’urgence »,

17 février
13h30 à 17h30 à Montpellier


Suite à la journée de lancement de l’Atelier d’Écologie Politique de Montpellier de janvier 2020 et à la première journée d’atelier de février 2020 qui ont donné lieu au manifeste de l’Atécopol Montpellier, nous vous proposons de réfléchir lors d’une nouvelle demi journée d’atelier aux actions que l’Atécopol pourrait mener face à l’urgence climatique, environnementale et sociale.

Descriptif de la journée :

Objectifs :
– définir de façon participative une feuille de route d’actions pour l’Atécopol  Montpellier ;
– réunir physiquement les membres de l’Atécopol et plus largement les  chercheurs et chercheuses intéressés par les enjeux environnementaux et politiques de leurs pratiques, pour constituer un collectif et ouvrir le champs des possibles au travers d’actions collectives.

Comme le rappelle le manifeste, l’Atécopol Montpellier « a pour but de diffuser les connaissances scientifiques dans le débat public pour éclairer la complexité des liens entre les bouleversements qui menacent nos moyens d’existence, leurs causes culturelles, et leurs conséquences sur l’ensemble des vivants. Cet engagement ne se limite pas à une simple sensibilisation et diffusion de savoirs. Il inclut également l’identification des blocages institutionnels et la réflexion pour les lever. Cet engagement consiste aussi à aider les initiatives locales afin d’éviter que des projets ou des politiques continuent à détruire notre environnement. En effet, un soutien médiatique, moral et physique sera donné aux projets portant les mêmes valeurs que l’atelier d’écologie politique de Montpellier. »
C’est donc dans ce cadre que se place la journée du 17 février qui s’organisera sous forme d’ateliers autour de la grande question suivante : Quelles sont les actions prioritaires pour l’Atécopol Montpellier face à l’urgence climatique, environnementale et sociale ?
À l’issue des ateliers, les participants seront invités à proposer des actions soutenues par l’Atécopol pour poursuivre ce qui aura émergé de leurs réflexions au travers d’une feuille de route de projets “opérationnels” : Quelle action ? Dans quel but ? Portée par qui ? Quand ? Comment ?
Inscription close.

Lieu de l’événement : la Carmagnole, 10 rue Haguenot, Montpellier.

C’est  à 5 ou 6 min à pieds des stations Plan Cabane ou Arceaux du Tram 3, accessible à vélo avec possibilité de se garer (vélo) à l’intérieur. Peu évident d’y aller en voiture, la Rue Saint Louis étant condamnée maintenant ce qui rend probablement très compliqué l’accès au Parking Gambetta. Par contre, il est possible de se garer le long des arceaux et continuer à pieds peut être sympa (6-7 min).

 

 

 

Homo domesticus: conte-rendu de lecture par Léo Montaz

Pour réfléchir aux conséquences de la naissance des premiers états agraires.

Les premiers États sont apparus environ 3 500 ans avant notre ère. Soit bien après la culture des céréales et la domestication du bétail. Ces repères chronologiques nous éloignent donc du récit traditionnel de la révolution néolithique et de son déroulé fluide, où se succèdent le processus de sédentarisation, l’apparition de l’État et le développement de la civilisation. Mobilisant l’écologie, l’anthropologie et l’histoire, James Scott analyse la naissance des premiers États agraires et ses lourdes conséquences. Sur le plan social comme sur celui de l’environnement.

https://www.dygest.co/james-c.-scott/homo-domesticus

Voir le compte-rendu de lecture de Léo Montaz en lignehttps://journals.openedition.org/lectures/32442