Manifeste complet

Un contexte planétaire très préoccupant

 Les bouleversements planétaires, actuels et attendus, sont sans équivalent dans l’histoire de l’humanité[1]. Leur ampleur et leur rapidité sont sans précédent. Pourtant, le bouleversement climatique et l’effondrement de la biodiversité, synthétisés à l’échelle mondiale par les rapports du GIEC[2] et de l’IPBES[3], ne sont pas des fatalités auxquelles nos sociétés n’auraient d’autre choix que de s’adapter. Ce sont avant tout les conséquences des modes de vie promus par des économies productivistes et les intérêts qu’elles alimentent, exportées dans un nombre croissant de pays. Le modèle économique actuel conduit le climat de notre planète sur une trajectoire de réchauffement de 4 à 6°C dans quelques décennies, et à un nombre d’espèces sur Terre diminué d’un million. Les bouleversements attendus, et déjà en formation, seront d’une ampleur telle que la crise déclenchée par le COVID-19 risque d’apparaître comme un épiphénomène. 

Malgré les conférences internationales et les objectifs de « développement durable », aucun répit n’est en vue pour la biodiversité ni aucune inflexion pour nos émissions de gaz à effet de serre[4]. Les pays d’ores et déjà les plus impactés sont les moins responsables de ces bouleversements, ce qui, tragiquement, ne fait que retarder la prise de conscience par les sociétés les plus industrialisées et leur passage à l’acte. Pourtant, aucune société ne sera épargnée par la montée des eaux, les sécheresses accrues, l’acidification des océans et l’effondrement des écosystèmes, ni par les importantes migrations de réfugiés en provenance de contrées devenues en partie ou totalement inhabitables. Ce sont également les jeunes générations, totalement étrangères à la déprédation planétaire héritée, qui subiront les plus graves conséquences de l’inaction de leur aînés.

Malgré la puissance des diagnostics, l’inaction reste criante. Au niveau individuel cela peut s’expliquer par un mélange de sidération, de sentiment d’impuissance, ou d’une impression d’éloignement des problèmes à venir, avec l’idée que les petits gestes quotidiens sont la seule forme d’action possible dans un contexte de dissolution des collectifs[5]. Pour les acteurs politiques et économiques l’ignorance des enjeux ne peut plus être invoquée. Ces enjeux font partie du fond culturel partagé et véhiculé par sciences, médias et organisations non gouvernementales. L’inaction des décideurs ne peut donc se comprendre que comme délibérée et répondant à des intérêts partisans, une inaction qui pourra être jugée au même titre que les autres crimes contre l’humanité. Cette inaction est d’autant plus scélérate que ces mêmes décideurs font porter la responsabilité sur les individus, fustigeant le peuple de ne pas suffisamment changer ses habitudes. Si les actions individuelles sont indispensables, leur mise en oeuvre reste en partie conditionnée au cadre socio-économique dont la transformation est sous la responsabilité directe des gouvernements.

Les réponses adéquates exigent de revoir et de modifier radicalement notre système socio-économique dans une perspective d’avenir durable pour les jeunes générations et de plus de bien-être pour une majorité de terriens, au prix d’une baisse des inégalités et des gains financiers impactant principalement le petit nombre de partisans du statu quo politique et économique. Les changements à envisager s’inscrivent dans une libération du joug de la consommation, dans la construction de modes de vie plus sains, plus sobres et plus respectueux de l’épanouissement de toutes les formes du vivant.

​Un contexte qui interpelle les acteurs de la recherche en écologie

​Face à l’urgence vitale d’agir contre l’inaction ou contre des décisions qui pérennisent des voies sans issue, une réponse sociétale est indispensable aux niveaux local, national et international. Elle interpelle sur leur responsabilité une partie des scientifiques, notamment mais pas seulement, parmi ceux qui, dans leur travail, observent les conséquences complexes et désastreuses des activités humaines. Ils sont de plus en plus nombreux à vouloir embrasser cette responsabilité par un travail, dans et avec la société, cherchant à modifier les structures qui sont à l’origine des bouleversements écologiques. Ce travail « d’écologie politique » passe, d’une part, par le renouvellement d’un dialogue à l’intérieur même de la communauté scientifique pour permettre à la diversité des compétences de faciliter une vision holiste des interactions qui lient notre société à son environnement. Il passe aussi par un échange renouvelé et essentiel entre scientifiques concernés et l’ensemble des citoyens, à travers un dialogue humble et horizontal en vue d’une reprise en main démocratique des trajectoires de nos sociétés contraintes depuis deux siècles par la recherche d’un progrès technique dénué de réflexivité et de plus en plus découplé des indicateurs de progrès liés au bien-être.

 Si, malgré les critiques, la sphère techno-scientifique s’est développée au point de porter une part de responsabilité dans les bouleversements actuels, il ne s’agit cependant pas de rejeter l’innovation technologique. Il s’agit de la repenser en promouvant une culture technologique attentionnée, critique et réflexive venant en appui de solutions aux bouleversements écologiques qui ne peuvent être que politiques et citoyennes. Il s’agit d’entraîner le débat dans nos sociétés sur nos connaissances scientifiques et techniques et de questionner les avantages, les inconvénients, l’utilité et la nécessité de certaines technologies au détriment d’autres. Il s’agit, enfin, de croiser et fertiliser réciproquement les savoirs scientifiques avec ceux des citoyens, afin de co-construire des connaissances au plus proche des réalités sociales.

 Aux mirages « technicistes » et aux multiples formes de dépossession, d’incrédulité ou de repli que peut produire la perspective de la catastrophe écologique à venir, ce nouvel Atelier d’Ecologie Politique (Atécopol Montpellier) veut opposer la multiplicité des expériences et des imaginaires passés et présents, qui sont autant de germes pour inventer un futur conciliant les intérêts des collectifs humains et non-humains. De façon plus opérationnelle, l’objectif est de contribuer à identifier les sources de blocage, institutionnelles et autres, auxquelles il convient de s’affronter, et d’aider à concevoir les leviers d’action à la mesure de l’enjeu. C’est également des actions concrètes de soutien médiatique et logistique qui seront envisagés afin d’appuyer des initiatives locales correspondant aux valeurs défendues par Atécopol. 

La démarche Atécopol se fonde sur la conviction d’une nécessaire implication des chercheuses et des chercheurs dans l’arène des débats pour participer, avec les autres acteurs de la société, à la co-construction d’un récit fondé sur la compréhension partagée des bouleversements écologiques en cours et à venir, et de leurs enjeux. L’ambition poursuivie est d’aider à ce que chaque niveau de décision ait accès à un corpus de connaissances et de compétences susceptible de se transformer en actes. 

Participer aux réflexions sur un futur commun et inciter tout le monde à s’en saisir, c’est aussi aider à prévenir la mise en place d’options ou de modes de gouvernance non démocratiques à mesure que la crise écologique s’approfondira. En effet, certains discours « catastrophistes », « de compromis » comme « ultra-progressistes », « prométhéens » ou « écomodernistes » imposent de décoder les dangers qu’ils portent. Ces discours peuvent véhiculer des diagnostics simplistes sur les responsabilités, promouvoir des mesures d’exclusion, un pilotage par le haut, ou servir des visions post-coloniales et inégalitaires du monde.

Face aux nombreux chantiers relevant de cette écologie politique, l’Atécopol de Montpellier entend agir à l’échelle de la métropole montpelliéraine et du département. Au-delà, du local, l’Atécopol Montpellier souhaite travailler en synergie avec les autres Atécopols ainsi que les nombreux autres initiatives similaires sur la planète, pour mutualiser le potentiel de recherche et de connaissances afin de répondre aux enjeux planétaires.

Nous invitons les chercheuses et les chercheurs de toutes disciplines en accord avec ce manifeste et désireux d’agir, à participer à cet atelier pour construire ensemble de nouvelles réponses aux problématiques qui se posent.

Remerciements

​Ce manifeste tire son inspiration de celui de l’Atécopol Toulouse que nous remercions, en particulier pour son rôle déclencheur dans la fondation de l’Atécopol Montpellier.

[1] Crutzen P. J. 2006. The “anthropocene”. In Earth system science in the anthropocene (pp. 13-18). Springer, Berlin, Heidelberg.

[2] GIEC, 2014: Changements climatiques 2014: Rapport de synthèse. Contribution des Groupes de travail I, II et III au cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat [Sous la direction de l’équipe de rédaction principale, R.K. Pachauri et L.A. Meyer]. GIEC, Genève, Suisse, 161 p.

[3] IPBES, 2019. Global assessment report on biodiversity and ecosystem services of the Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services. E. S. Brondizio, J. Settele, S. Díaz, and H. T. Ngo (editors). IPBES secretariat, Bonn, Germany.

[4] Parrique T., Barth J., Briens F., C. Kerschner, Kraus-Polk A., Kuokkanen A., Spangenberg J.H., 2019. Decoupling debunked: Evidence and arguments against green growth as a sole strategy for sustainability. European Environmental Bureau.

[5] Dugast C., Soyeux A., 2019. Faire sa part ? Pouvoir et responsabilité des individus, des entreprises et de l’État face à l’urgence climatique. Carbone 4.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search